Accueil du site > Agenda > Ça va swinguer sous les étoiles !
Agenda
Ajouter aux favoris Imprimer Envoyer cette page à un ami

Ça va swinguer sous les étoiles !

Samedi 12 Juin > 23h > Capdenac-Gare - parc de Capèle
Tout public - Durée 2h30
Gratuit

> Monofocus

Concert electro blues forain

Imaginez que vous êtes au milieu d’une grande fête foraine. Les pavillons bien ouverts, vous percevez plus ou moins finement la musique électro des manèges, le boniment du montreur d’ours ou du camelot vendeur de couteaux, le blues rock d’un groupe jouant dans un bar enfumé, le son d’un vieil orgue de barbarie luttant au coin d’une rue avec une fanfare énergique.

Monofocus c’est tout cela à la fois sauf qu’au lieu de brouhaha, les sons et les musiques s’harmonisent et forment un ensemble. Vous y êtes ? Attention vos jambes commencent à frétiller… vous êtes prêt pour danser !

Avec :
Freddy Boisliveau, guitare, banjo, grosse caisse, chant
Vincent Petit, tuba, basse, petit clavier, chant
Yann Servoz, orgue, accordéon, machines électro, caisse claire au pied, chant.

> Mazalda
Turbo Clap station - Hypnoclap Party – création 2010

Musique de transe et installation musicale

Lors d’une récente discussion avec Mazalda, alors que le spectacle Turbo Clap Station n’existait pas encore, les musiciens nous ont expliqué, qu’il nous fallait imaginer une sorte de boîte de nuit de brousse africaine ( !). Sentant l’embarras de ceux qui n’étaient jamais allés en Afrique, ils ont précisé qu’ils fabriquaient un véritable bain sonore, emprunt de musiques populaires et de transes des quatre coins du monde. Si pour vous comme pour nous c’est maintenant plus clair, sachez qu’ils nous réservent encore quelques surprises. Mais une chose est sûre, ces musiques résonneront dans tout votre corps et vous serez alors saisis d’une énergie intense et d’une frénésie dansante !

L’orchestre Mazalda sera en résidence du 7 au 11 juin à Sonnac pour créer ce spectacle qui sera joué pour la première fois à Capdenac. Cette résidence d’artiste est le fruit d’une collaboration avec Pronomade(s) en Haute-Garonne - Centre national des arts de la rue.

Avec :
Julien Lesuisse, saxo sopranino, saxosynthé ewi, flûtes et voix.
Gilles Poizat, trompette, kora et voix.
Lucas Spirli, claviers (Korg MS20, casiotone) et voix.
Stéphane Cézard, guitare électrique, banjo et voix.
Adrien Spirli, soubassophone, percussions métalliques.
Mathieu Ogier, batterie et électronique.
Adrian’ Bourget, sonorisation.
Conception mécanique (structure) : Maurice Ogier.
Jo-hanna Moaligou et Sébastien Combes, création lumière.

Création soutenue par la DRAC Rhône-Alpes, la Spedidam, l’Adami, la Communauté européenne, les Ateliers Frappaz - les Invites de Villeurbanne ; Cie l’Art-scène (Bourgoin 38) ; le Phare à Lucioles (Sault 84) ; le Théâtre du Vellein-CAPI ; Pronomade(s) en Haute-Garonne ; Derrière Le Hublot ; Excentrique, festival de la Région Centre, et le festival Les tombées de la nuit.

La musique s’inspire de musiques populaires de danse, acoustique et électrique : la dance music d’Omar Souleyman (Syrie), le Choubi Choubi irakien, le turbo folk des Balkans, les orchestres de likembés électriques de Kinshasa (Konono N°1, Sankai), etc. On peut retrouver les germes de cette nouvelle direction dans les précédents répertoires de Mazalda (Ramachandra, Sare Shaher Mein). L’instrumentation est acoustique (trompette, flûtes, saxophones, soubassophone, chant,...) et électrique (guitare, claviers, percussions électroniques). Le son du groupe joue avec les saturations instrumentales et électriques, les effets mécaniques et électroniques, le bricolage et la puissance.

En savoir plus sur les deux groupes :

Monofocus
One Man Band à 3 têtes, montreur d’ours sonore, Monofocus déploie un univers musical fascinant au charme brut et raffiné. Un concert à échappement libre, une curiosité musicale que les frères Monofocus manivellent comme un moteur atmosphérique à injection directe.
Trempés dans les Arts de la Rue, les frères Monofocus distillent une sensibilité moderne un rien datée, à base d’étranges archives sonores à la gouaille électro, de guitares distordues, d’orgues avec des oreilles au bout des doigts et de tubas aux vibrations ventriculaires. Issu des baraques de foire de la Compagnie 2rienmerci, Monofocus a le piston rageur, la corde rêche, la batterie au pied et le verbe forain… brutal et mélodieux. Une musique électro-blues-foraine, vive et primitive, qui encanaille.
Alors mesdames et messieurs n’hésitez pas, entrez, entrez, le spectacle commence à l’instant même ! Chiens et corbeaux interdits, même tenus en laisse ! Toute entrée est définitive ! Monofocus est sorti de terre en 2007. Discographie :
"Fratelli Brutti" 2008 un premier opus autoproduit (1 montreur d’ours) et distribué par le label IRFAN.

Pour écouter des extraits sur le net :
http://www.myspace.com/monofocus

Mazalda :
Le nom du groupe fait référence une rumba composée par Gus Viseur, qui jouait merveilleusement de l’accordéon et a notamment composé de magnifiques valses.
En 2002, Mazalda commence par jouer dans la rue et pour des fêtes, des musiques de danse venant de divers pays : chansons d’Italie, rebetiko grec, chaabi d’Algérie, chôro du Brésil, tangos de Buenos Aires, slows des Etats-Unis d’Amérique, etc. Dès le début, la musique se caractérise par l’improvisation des arrangements permettant de jouer avec l’ambiance du moment.
Dans la rue, l’instrumentation est acoustique (voix, saxophone sopranino, bugle, mandoline, accordéon, tuba et batterie) avec une amplification portable de certains instruments (voix par mégaphone, mandoline et accordéon par petits amplis). Un premier album a été enregistré en 2005, reprenant certains morceaux du répertoire de la formation acoustique.
En 2006, soutenu par la DRAC et la Région Rhône-Alpes, Mazalda développe une version sonorisée, destinée à la scène. Cette version, à instrumentation électrique (synthétiseurs analogiques, « Würlitzer », guitare électrique, effets), a généré une évolution du répertoire vers plus de compositions personnelles et des ambiances spatiales. Le deuxième album, intitulé « Science fiction », enregistré en 2007-2008, retrace cette exploration de nouveaux répertoires, que l’on retrouve sur scène avec l’énergie et le son propres à Mazalda.
Depuis ses débuts, la version acoustique de rue n’a cessé d’évoluer dans le répertoire et les façons de jouer avec les textures sonores. C’est donc très naturellement, que l’envie du groupe s’est portée sur le développement d’un son amplifié de rue. Dont la portée serait, certes, plus importante mais selon un mode d’invitation chaleureux et original.

Discographie :
Science-fiction 2008
Mazalda Vol.1 2005

Mazalda sur le net : mazalda.free.fr
Mazalda sur myspace : www.myspace.com/mazalda