Accueil du site > Agenda > La Conserverie de Vieux par La Grosse Situation
Agenda
Ajouter aux favoris Imprimer Envoyer cette page à un ami

La Conserverie de Vieux par La Grosse Situation

Samedi 27 novembre à 21h - Sonnac (12), Salle des fêtes

Théâtre - Tous publics, dès 8 ans - Durée 1h10


Parler des « vieux », voilà un sujet bien délicat et brûlant d’actualité.

Pourtant c’est précisément ce qu’abordent les deux jeunes artistes, qui nous livrent dans ce spectacle un regard sur cette « génération vermeil ».

A travers leur histoire personnelle et les témoignages qu’elles ont recueillis dans les maisons de retraite, elles nous donnent à entendre un texte drôle et sensible. Mais ces deux filles ne mâchent pas leurs mots et dressent une galerie de portraits qu’elles incarnent avec brio, passant des infirmières, aux vieilles radoteuses et grincheuses. Leur ton est juste et l’alchimie s’opère entre rire et gravité, tendresse et cruauté, intimité et universalité ; on ressort de ce spectacle rempli d’une profonde humanité. Une expérience touchante, tranchante, troublante…

De et avec : Alice Fahrenkrug et Cécile Delhommeau.
Mis en boîte par : Bénédicte Chevallerau.

Tarifs : normal 12 € / réduit, 12-18 ans, adhérent 10 € / - de 12 ans, scolaires 5€

Une création originale de La Grosse Situation. Producteur délégué La Martingale

Spectacle accueilli avec le soutien du réseau en Rue libre Midi-Pyrénées et de l’OARA.

A propos des deux comédiennes :

Alice Fahrenkurg
« Je m’installe à Bordeaux en 2000 pour suivre la formation professionnelle en art dramatique au Conservatoire. Ma rencontre avec Jean-Marie Broucaret, metteur en scène du Théâtre des Chimères, me donne l’envie de pratiquer un théâtre direct et énergique. J’y trouve un espace de liberté où développer mon propre univers et explorer la relation au public. Depuis 2005, je poursuis mon travail de comédienne avec Opéra Pagaï (80% de réussite, Safari Intime), qui investit l’espace public et met le spectateur dans des situations qui l’invitent à poser un regard nouveau sur ce qui l’entoure au quotidien. Je suis également l’une des interprètes du spectacle de slam du Théâtre des Tafurs, Beauté Déviante (créé en 2006). »

Cécile Delhommeau
« J’ai d’abord rencontré le clown, puis le théâtre gestuel avec Agnès Coisnay (Théâtre du Mouvement). Je me suis formée ensuite pendant deux ans au théâtre-école Le Samovar à Paris. Mélangeant conte et théâtre gestuel, j’ai écrit un premier spectacle, La Jalouse (aide à la mise en espace d’Olivier Letellier, Maison du Conte de Chevilly Larue). Au sein des Passeurs de Contes, je suis à l’initiative des Petits Univers Portatifs (P.U.P) avec Olivier Villanove. Je suis aussi comédienne pour l’Atelier du Caméléon à Poitiers. »

Sur le choix du titre :

Alice Fahrenkrug : L’utilisation du vocable « vieux » était plus que volontaire. Marre du politiquement correct, et il n’y a rien ici de péjoratif, de la même manière que l’on parle des « jeunes ». Pourquoi « vieux » serait-il péjoratif, « personne âgée » est à mon avis encore plus ignoble, et puis ça ne veut rien dire, tout le monde est une personne « âgée ». Cécile Delhommeau : Pour nous, le mot « vieux » incarne la peur de la vieillesse dans ce monde où l’on voue un culte à la jeunesse. Mais dans « vieux », il y a « vie » ! (qui est aussi le temps le plus proche de la mort.) Utilisé sciemment, cela nous a paru le terme le plus humain et le plus juste, avec un zeste d’insolence.